dimanche 12 octobre 2014

Dimanche 15 septembre 2013 : Mansilla de las Mulas – León.

Au matin, nous sommes surpris par le fort différentiel de température entre le jour et la nuit sur le plateau de la Meseta : jusqu’à 40° dans la journée, et 11° dans le fourgon au lever du jour.
Je quitte Mansilla de las Mulas à 8h30. La piste aménagée pour les marcheurs suit la route, à gauche de la chaussée jusqu’à Villamoros de Mansilla. Là, il n’y a plus de piste et l’on traverse ce village-rue le long de la nationale. A sa sortie, on reprend le parcours aménagé jusqu’au pont sur le rio Porma. Une passerelle piétonne évite ce passage dangereux, et le chemin sinue dans le seul endroit de verdure de l’étape. Je passe devant un bar-croissanterie. J’apprendrai par la suite que Viviane devait s’y trouver lors de mon passage.
Le chemin de St-Jacques se poursuit parallèlement à droite de la route, mais à distance raisonnable. Après la traversée de Arcahueja, il rejoint une zone industrielle sur la nationale.
Après un point haut suivi d’une descente, le chemin franchit des passerelles par-dessus les voies express, contourne le pont de pierre Castro sur le río Torío. Il entre dans la ville de León par une large avenue. Devant moi marchent les randonneurs du camping-car 89 rencontrés vendredi à Sahagún. Nous atteignons ensemble à 12h30 le Ducato garé sur l’avenue.
Viviane et moi recherchons alors un endroit pour la pause de midi. Un stationnement sur un parking désert fera l’affaire.

Par la suite, nous entrons en ville en voiture. C’est une erreur : pas facile de trouver à se garer ! Nous parcourons la ville à pied. Etape majeure du Camino, León possède des joyaux architecturaux de style roman, gothique et Renaissance. Au Moyen Age, la ville se développa grâce aux rois asturiens qui firent venir d’Andalousie et de Tolède des chrétiens mozarabes. Aymeri Picaud disait tout net : « la cité royale de León possède toutes sortes de félicités. »
De l’édifice roman de la basilique San Isidoro, érigée vers 1060, ne subsistent que les portails et le Panthéon des Rois, un retable imprégné de l’art wisigoth. Quant à la cathédrale Santa Maria de León, c’est un chef-d’œuvre de l’art gothique. Elle rappelle les cathédrales du XIIIe siècle dans le nord de la France, bâtie sur les mêmes plans que la cathédrale de Reims. Elle abrite la plus importante surface de vitraux au monde, juste après Chartres. Comme à Burgos, la visite est payante et nous suivons les explications en français à l’aide d’un guide audio.


Quittant la cathédrale, nous rejoignons le fourgon pour sortir de la ville.

Nous roulons vers l’ouest pour rejoindre un camping à Villadangos del Páramo. On y retrouve les gens du 89.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire